fbpx
Comment lire le langage corporel d’une personne?

Comment lire le langage corporel d’une personne?

Avant de rentrer dans le vif du sujet et de voir comment lire le langage corporel d’une personne, il est important de comprendre pourquoi et comment tout ces comportements non verbaux apparaissent et quels sont leurs utilité.

Note: Dans cet article il n’ y a pas vraiment de liste regroupant des comportements non verbaux et leur significations, car j’ai déjà fait beaucoup d’articles dans lesquels je parle déjà de certains comportements et de leurs significations. J’ai donc mi tout au long de l’article des liens redirigeant vers des articles plus complet du sujet en question.

Bonne lecture.

Il y a de cela des millions d’années, nos premiers et lointains ancêtres arpentaient cette planète, évoluant dans un monde très dangereux. Ils l’ont fait en communiquant efficacement leurs besoins, leurs émotions, leurs peurs et leurs désirs. Ils y sont parvenus grâce à l’utilisation de communications non verbales telles que des changements physiologiques (rougeur, transpiration), des gestes (pointer du doigt), des bruits (grognement et cris) et des expressions faciales (regard de peur ou de joie). Cela fait partie de notre patrimoine biologique depuis si longtemps, qu’aujourd’hui encore nous communiquons principalement de manière non verbale.

Nous avons mis au point un système permettant de communiquer immédiatement aux autres ce que nous ressentons. Si nous devions penser, ne serait-ce que quelques secondes, à chaque danger que nous rencontrons, nous nous serions éteints en tant qu’espèce. Au lieu de cela, nous avons évolué pour réagir instinctivement aux menaces et à tout ce qui pourrait nous nuire.

Ce système qui a évolué dans le temps et qui nous alerte immédiatement de tout danger perçu communique également de manière instantanée avec les personnes autour de nous. Tout comme notre cerveau nous oblige à nous immobiliser lorsque nous rencontrons un animal agressif, il communique également avec les autres instantanément, par le biais de notre corps, que nous soyons à l’aise ou mal à l’aise, heureux ou malheureux, calme ou énervé.

L’avantage est double, nous réagissons au monde qui nous entoure et les autres profitent de nos premières réactions, tout comme nous, des leurs. Par exemple, si on vous met sous le nez un aliment dont vous avez horreur, tout le monde le comprendra grâce à votre expression faciale. Rapide, authentique et fiable, le langage du corps, est le raccourci pour communiquer ce qui est le plus important, parce que cela a été bénéfique pour l’évolution.

Et il ne s’agit pas seulement de danger et de survies, bien que ce soit la principale raison pour laquelle nous réagissons de manière aussi visible à certaines choses. Notre cerveau télégraphie également nos intentions. C’est pourquoi, lorsque vous parlez à une personne et que vous remarquez soudainement qu’un de ses pieds s’oriente en direction de sa voiture ou de la sortie la plus proche, vous savez que la personne doit probablement partir.

Parce que cette personne est en retard, son corps communique par l’intermédiaire de ses jambes quelque chose d’urgent et pressant (provoquant un malaise psychologique), même si la personne poursuit la conversation. C’est pourquoi nous disons qu’en matière de communication, le langage corporel est plus fiable que le langage verbal.

Alors, qu’y a-t-il psychologiquement derrière tout cela? Nos besoins, sentiments, pensées, émotions et intentions sont traités par ce que l’on appelle le “système limbique” du cerveau. Il n’a pas besoin de penser, il réagit au monde en temps réel et montre ce que nous ressentons à travers notre corps.

Une personne nous annonce de mauvaises nouvelles et nos lèvres se serrent; nous loupons notre bus et nous serrons les dents et nous frottons le cou. On nous demande de rester un peu plus tard au travail et les orbites de nos yeux rétrécissent à mesure que notre menton s’abaisse. Ce sont des comportements d’inconfort que notre cerveau limbique a perfectionné au cours de millions d’années, et que vous soyez nés au Brésil ou au Japon, vous présentez ce genre de comportement.

A l’inverse, lorsque nous rencontrons une personne que nous apprécions, nos sourcils vont se hausser rapidement, nos muscles faciaux se détendront et nos bras deviendront plus relâchés afin de pouvoir accueillir cette personne.

En présence d’une personne que nous apprécions, nous pouvons avoir tendance à refléter son comportement (isopraxis ou effet miroir), nous inclinerons également notre tête et le sang coulera dans nos lèvres, les rendant pleines, alors même que nos pupilles se dilatent. Une fois encore, notre cerveau limbique communique à travers notre corps avec précision les vrais sentiments que nous ressentons et orchestre des représentations non verbales correspondantes.

D’une certaine manière, notre corps n’a pas vraiment besoin d’avoir tous ces comportements, et pourtant nous avons évolué ainsi pour une raison: nous sommes des animaux sociaux qui avons besoin de communiquer non verbalement.

Comment savons-nous que le langage corporel est essentiel pour nous? Eh bien même les enfants qui sont nés aveugles et qui n’ont jamais vu ces comportements vont également les adopter. Une personne aveugle de naissance aura les mêmes comportements non verbaux, qu’une personne non aveugle.

Que ce soit au travail, à la maison ou dans vos relations sociales, vous pouvez toujours être assurés que les véritables sentiments se refléteront dans votre langage corporel à travers des démonstrations de confort et d’inconfort. Ce système binaire de communication de nos sentiments a résisté à l’épreuve du temps et a survécu pour nous aider grâce à sa simplicité légendaire.

Évidemment, cela peut être très efficace quand il s’agit de déterminer ce que les autres pensent de nous et pour évaluer l’évolution d’une relation. Souvent, lorsque les gens sentent que quelque chose ne va pas dans une relation, ils ressentent des changements dans les signaux du langage corporel.

Les couples qui ne se touchent plus ou qui s’éloignent peu à peu plus sont faciles à repérer, mais les comportements les plus subtils sont parfois encore plus précis. Un exemple de ceci est lorsque les couples se touchent du bout des doigts plutôt que de la main à part entière (comportement distanciant), signe de gêne psychologique. Ce seul comportement laisse présager de graves problèmes dans la relation qui, à la surface, risquent de ne pas être aussi évidents.

Ainsi, bien qu’il existe de nombreux aspects des communications non verbales et du langage corporel, se concentrer sur le confort et l’inconfort peut nous aider à voir plus clairement ce que les autres ressentent, pensent, craignent ou désirent réellement. Avoir cette vision supplémentaire nous donne une évaluation plus honnête des autres et nous aidera finalement à communiquer plus efficacement et avec plus d’empathie pour une compréhension plus profonde.

Lire le langage corporel: Les erreurs a ne pas faire

Il existe un certain nombre d’erreurs courantes commises par les gens lorsqu’ils tentent de lire le langage corporel:

Ignorer le contexte: Le contexte est l’environnement dans lequel se déroule une situation. Une personne ne se comportera pas de la même manière en fonction de l’endroit où elle se trouve. Par exemple une personne n’aura pas le même comportement sur son lieu de travail que chez elles avec ses amis. Vous devez toujours prendre en compte le contexte, et observer l’environnement dans lequel se trouve la personne.

Ne pas observer en cluster: Observer en cluster signifie, observer un ensemble de geste et de comportement ayant une même signification et se déroulant dans un même laps de temps. Beaucoup de personnes pensent qu’un geste et égal à une signification. Mais c’est une grossière erreur. Un geste seul, isolé, ne signifie pas grand chose. C’est quand vous observez 3 gestes ou plus que vous pouvez lire efficacement le langage corporel de votre interlocuteur.

Ne pas établir le comportement de référence: Le comportement de référence d’une personne est son comportement habituel, en temps normal. C’est lorsque vous connaissez le comportement de référence d’une personne que vous pourrez remarquer tout changement dans son comportement.

Ne pas se laisser influencer par ses préjugées: En fonction de la relation que vous avez avec une personne, par exemple, si vous l’appréciez ou si vous ne l’appréciez pas, il y a de forte probabilité pour que cela affecte votre jugement. Et si une personne vous complimentent, vous ressemblent, ou que vous la trouvez attirante, cela peut également vous influencer inconsciemment.

Lire le langage corporel: Observer attentivement votre environnement

C’est l’exigence de base pour toute personne souhaitant lire le langage corporel. Vous vous rendez compte à quel point il serait bête d’écouter parler une personne en se bouchant les oreilles. Il ne serait pas possible d’entendre ce qu’elle dit, et nous passerions à coté de bon nombre d’informations.

Pourtant, quand il s’agit d’observer et de lire le langage corporel, de nombreuses personnes pourraient aussi bien porter des œillères tellement qu’elles passent à coté des signaux corporels qui les entourent. Réfléchissez-y. Tout comme une écoute attentive est cruciale pour comprendre le langage verbal, une observation attentive (qui demande un effort) est absolument indispensable pour lire le langage corporel et détecter les indices révélateurs.

Mais la majorité d’entre nous passent leur vie à voir des choses sans réellement les observer. De nombreux  individus voient leur entourage en faisant le minimum d’efforts d’observation. Ils sont ignorants des petits changements qui s’opèrent dans leur univers. Ils n’ont pas conscience de la richesse des détails qui les entourent, comme le geste subtil de la main ou du pied de leur interlocuteur, qui trahit ses pensées ou ses intentions.

Heureusement, le sens de l’observation s’acquiert. Etant donné que l’observation est une aptitude, il est possible de s’améliorer en s’entraînant. L’observation attentive doit devenir une habitude. Prendre conscience du monde qui vous entoure n’est pas un acte passif. C’est un comportement conscient et délibéré, qui demande des efforts, de l’énergie, et de la concentration.

Faites travailler votre sens de l’observation, afin de lire le langage corporel plus efficacement.

Lire le langage corporel du confort et de l’inconfort

Etre capable de distinguer le confort de l’inconfort aide à se concentrer sur les comportements les plus importants pour lire le langage corporel d’une personne.

C’est un aspect fondamental de l’étude de la communication non verbale, apprendre à lire avec précision les comportements de confort et d’inconfort chez une personne aide à décoder ce que le corps et l’esprit veulent dire. En cas de doute sur la signification d’un comportement, demandez-vous s’il s’agit d’un comportement lié au confort (satisfaction, contentement, détente) ou à l’inconfort (mécontentement, insatisfaction, anxiété, stress, tension). Généralement, vous parviendrez à répartir les comportements observés dans l’une des deux catégories.

Lorsque l’on ressent une impression de confort (bien être), le cerveau limbique laisse échapper l’information sous la forme d’un langage corporel en harmonie avec la sensation positive. Si vous observez une personne allongée dans un hamac par une belle journée, vous verrez que son corps traduit l’impression de confort que ressent son cerveau.

A l’inverse, lorsque nous sommes perturbés (inconfort), le cerveau limbique exprime un comportement non verbal qui reflète notre malaise. Observez par exemple la réaction d’une personne à qui on annonce une mauvaise nouvelle, son corps reflète immédiatement le malaise.

Ce sont ses comportements de confort et d’inconfort que vous devez examiner plus attentivement, et vous en servir pour analyser les sentiments, pensées, et intentions.

En général, lorsque le cerveau limbique est à l’aise, ce bien être mental et physiologique se reflète par des manifestation non verbales de contentement et de grande confiance. Mais quand le cerveau limbique n’est pas à  l’aise, le langage corporel correspondant se caractérise par des comportements emblématiques du stress ou du manque de confiance.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  L'importance du contact physique dans le développement du cerveau

Connaitre ces “repères comportementaux” aide à déchiffrer les pensées d’autrui, ou à savoir comment agir ou à quoi s’attendre dans n’importe quel contexte, qu’il soit social ou professionnel.

Si vous désirez lire le langage corporel d’une personne, commencez par mettre ses comportements dans la case confort ou inconfort.

Pour aller plus loin je vous invite à lire cet article: Les gestes de réconfort.

Lire le langage corporel des pieds et des jambes

A votre avis quelle est la partie la plus honnête de votre anatomie? Celle qui révèle le plus souvent les intentions véritables et qui est donc le premier endroit où chercher les signaux non verbaux qui reflètent fidèlement les pensées.

Cela risque peut être de vous surprendre, mais il s’agit de votre partie inférieur, vos pieds et vos jambes. En effet, vos pieds et vos jambes, sont les parties les plus fiables et honnêtes de votre corps.

Mais pourquoi est-ce cette partie là qui est la plus honnête?

Pendant des millions d’années, nos pieds et nos jambes ont été nos principaux moyen de locomotion en tant qu’espèce humaine. Nos pieds et nos jambes nous ont servi à manœuvrer, à nous échapper, et à survivre. Depuis que nos ancêtres se sont redressés pour marcher dans la savane africaine, nos pieds nous ont portés à travers le monde entier.

Nos pieds nous permettent de marcher, courir, pivoter, frapper, grimper, etc. Et même si ils ne sont pas aussi efficaces dans certaines tâches que nos mains, les pieds et ce qu’ils peuvent réaliser n’en sont pas moins un héritage extraordinaire.

Le zoologiste et écrivain Desmond Morris a observé que les pieds communiquent plus fidèlement nos pensées et sentiments que les autres parties du corps. Mais alors pourquoi nos pieds et nos jambes reflètent-ils aussi précisément les sentiments? Pendant des millions d’années, bien avant que les humains ne sachent parler, les pieds et les jambes réagissaient instantanément aux menaces provenant de l’environnement (sol brûlant, tranchant, prédateurs etc..), sans intervention de la pensée consciente.

Le cerveau limbique veillait à ce que les pieds et les jambes réagissent en s’immobilisant, en s’enfuyant ou en combattant la menace. Ce modèle de survie, transmis dans l’héritage ancestral, nous a été bien utile et continue à nous servir aujourd’hui.

D’ailleurs, ces réactions restent profondément ancrées en nous en cas de danger ou de simple désagrément; vos pieds et vos jambes réagissent toujours comme à l’époque préhistorique: d’abord ils s’immobilisent, puis ils essayent de s’éloigner, et enfin, en l’absence d’une autre solution, ils se prépare au combat.

Ce mécanisme d’immobilité, de fuite, et d’affrontement n’exige aucun traitement cognitif à un niveau supérieur. Il est purement réactif. Cette évolution a profité à l’individu comme au groupe. Les hommes ont survécu en voyant et en réagissant ensemble aux menaces ou en réagissant à la vigilance des autres en se comportant en conséquence.

Quand le groupe est menacé, que tous les individus aient ou non vu le danger, ils sont tous capable de réagir de manière synchrone en copiant les mouvements les uns des autres. Les soldats en patrouille fixent leur attention sur l’éclaireur. Quand ils s’arrêtent, tous s’arrêtent. Quand ils sautent dans le faussé, ils y plongent aussi. Quand il est aux aguets, ils le sont de même.

Ces comportements de survie en groupe n’ont guère changé depuis cinq millions d’années.

La capacité à communiquer non verbalement a assuré la survie de notre espèce, et même si de nos jours, nous couvrons souvent nos jambes sous des vêtements et que nos pieds portent des chaussures, nos membres inférieurs réagissent toujours aux menaces et aux déclencheurs de stress, ainsi qu’aux émotions, qu’elles soient négatives ou positives.

Les pieds et le jambes transmettent des informations sur nos sentiments et nos pensées. Si vous voulez véritablement observer à quel point les pieds peuvent être honnête, regardez ceux d’un enfant.

Lorsqu’un enfant est assis sur une chaise mais qu’il voudrait sortir jouer, ses pieds se balancent, et se tendent pour atteindre le sol, même si l’enfant n’a pas fini de manger. Ses parents auront beau lui dire de rester en place, ses pieds vont s’éloigner de la table. Même si on lui maintient le haut du corps, l’enfant se tortillera pour diriger ses jambes et ses pieds vers le sol en indiquant bien la direction qu’il veut prendre. C’est un indice révélateur. Les adultes agissent évidemment avec davantage de modération, mais guère plus.

Observez toujours les jambes et les pieds lorsque vous essayez de lire le langage corporel

Quand ils observent le langage corporel, la majorité des gens commencent leur observation par le haut du corps (le visage) et descendent progressivement. Pourtant, le visage est la partie du corps la plus fréquemment utilisée pour tromper et cacher ses véritables sentiments. C’est tout l’inverse qu’il faut faire, plus on remonte vers la tête moins l’information est fiable.

Et quand on y pense, il n’est pas étonnant que les expressions du visage soient trompeuses. Le visage ment parce qu’il a appris à le faire depuis son plus jeune âge. “Ne fait pas cette tête”, nous disent nos parents quand nous réagissons avec franchise devant l’assiette placée devant nous. “Aie au moins l’air content de voir cette personne”, nous ordonnent-ils.

Nous apprenons à faire des sourires forcés (de politesse), nos parents et la société nous demandent de simuler, de tromper, de mentir, avec notre visage par égard pour l’harmonie sociale. Il n’est donc pas étonnant que nous en maîtrisions de mieux en mieux les subtilités, à tel point que, lorsque nous sourions à des retrouvailles familiales, nous donnons l’impression d’aimer notre belle famille alors qu’en fait, nous cherchons par tous les moyens à écourter la visite.

Nous savons contrôler les expressions de notre visage en nous donnant un air de circonstance. Nous savons avoir la tête de l’emploi, mais nous faisons rarement attention à nos membres inférieurs et encore moins à ceux des autres.

Nervosité, stress, peur, anxiété, ennui, impatience, etc… peuvent se manifester par les pieds et les jambes. Des amoureux dont les jambes se touchent, les pieds intimidés d’un jeune enfant rencontrant des inconnus, des piétinements de colère, sont autant de signe de notre état émotionnel que l’on peut observer instantanément.

Si vous voulez lire le langage corporel des personnes qui vous entourent, observez les pieds et les jambes car ils sont d’une grande franchise.

Etant donné que nos pieds et nos jambes ont joué un rôle très important dans notre survie à travers l’évolution humaine, ce sont les parties les plus honnête de notre anatomie. Nos membres inférieurs fournissent à l’observateur les informations les plus précises et les moins censurées.

Utilisées habilement, ces informations nous donnent une vision plus précise d’autrui dans différents contextes. Les connaissances sur le langage non verbal des pieds et des jambes donnent un autre éclairage aux signaux émis par d’autres parties du corps et permettent de mieux comprendre les pensées, les sentiments et les intentions d’autrui.

Voici quelques liens redirigeant vers des articles dans lesquels je parle plus en détail des comportements des pieds et des jambes, et comment lire le langage corporel:

Comprendre et interpréter les comportements des pieds et des jambes.

Ce que signifie avoir les jambes croisées en position assis.

Les jambes en séduction.

Lire le langage corporel du buste

Nous allons ici traiter du buste, c’est à dire de la partie de notre anatomie où se trouve les hanches, l’abdomen, la poitrine et les épaules. Comme pour les jambes et les pieds, les comportements associés au buste reflètent des sentiments authentiques du cerveau (limbique) émotionnel.

Etant donné que le buste abrite de nombreux organes vitaux, dont le cœur, les poumons, le foie et l’estomac, on peut en déduire que le cerveau va faire tout son possible pour protéger cette zone en cas de menace ou de stress.

En présence d’un danger, qu’il soit réel ou potentiel, le cerveau monopolise le reste du corps pour assurer discrètement ou ne manière plus visible la protection des organes vitaux.

Les réactions sont particulièrement honnête car étant donné qu’il abrite plusieurs organes vitaux, le cerveau limbique prendre particulièrement soin du buste.

Je vous met ci-dessous des liens redirigeant vers des articles plus détaillés sur des signaux non verbaux assez communs émis par cette partie du corps, ainsi que des exemples de comportements reflétant le mode de fonctionnement du cerveau, et plus particulièrement du cerveau limbique.

Voici quelques liens redirigeant vers des articles dans lesquels je parle plus en détail des comportements du buste et comment lire le langage corporel:

Les gestes barrières.

Comprendre et interpréter les signaux non verbaux du buste.

Lire le langage corporel des bras

Le rôle des bras n’est pas suffisamment pris en compte lors de l’analyse du langage corporel. On donne généralement beaucoup plus d’importance au visage et aux mains. Pourtant, les bras transmettent parfaitement les émotions, comme le bien être, la gêne, la confiance ou d’autres manifestations des sentiments.

Depuis que nos ancêtres, les primates, se sont redressés pour marcher sur leurs membres postérieurs, les bras ont été libres d’accomplir diverses tâches. Ils sont capables de porter des charges, de donner des coups, d’attraper des objets ou de nous redresser du sol. Ils sont fins, agiles et réagissent instantanément en cas de menace extérieure, surtout lorsqu’ils sont utilisés conjointement avec les membres inférieurs.

Si l’on vous jette un objet, vos bras se lèvent instinctivement et avec précision pour vous en protéger. Les bras, comme les pieds et les jambes, sont si réactifs et programmés pour nous protéger qu’ils se dressent pour nous défendre même si ce geste est illogique ou déconseillé.

Chaque fois que vous vous cognez le bras, surtout si vous heurtez un élément pointu, dîtes-vous que votre membre à protégé votre buste d’un choc beaucoup plus grave. De la même manière que les pieds les bras contribuent à la survie et on peut donc s’attendre à ce qu’ils révèlent des sentiments authentiques ou des intentions véritables.

Par conséquent, contrairement au visage, plus changeant et trompeur, les membres supérieur fournissent des indices non verbaux solides qui décrivent avec précision nos pensées, nos sentiments, nos intentions, ou celles de notre entourage.

Voici quelques liens redirigeant vers des articles dans lesquels je parle plus en détail des comportements des bras et comment lire le langage corporel:

Comprendre et interpréter les comportements des bras.

Que signifie croiser les bras.

Lire le langage corporel des mains

L’espèce humaine se distingue aussi de toutes les autres par ses mains, non seulement par ce qu’elles peuvent accomplir, mais aussi dans leur manière de communiquer. Nos mains sont capables de décorer une maison, de jouer d’un instrument de musique, de faire des travaux manuels, et d’écrire l’article que vous êtes en train de lire.

Elles peuvent gratter, pousser, tenir, et façonner le monde qui nous entoure. Nos mains peuvent exécuter des mouvements d’une extrême précision, qui reflètent des nuances très subtiles dans les cheminements du cerveau. Il est essentiel d’avoir une bonne compréhension des comportements des mains pour parvenir à lire le langage corporel.

En effet, tout ce que font les mains, ou presque, est contrôlé par le cerveau, consciemment ou inconsciemment. Malgré l’acquisition de la parole, au cours des millions d’années de l’évolution humaine, le cerveau est toujours programmé pour faire participer les mains dans la communication précise des émotions, pensées et sentiments.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Le risque Brokaw: Ce qu'il faut éviter dans la détection de mensonge

Par conséquent, qu’une personne parle ou non, les gestes des mains méritent toute notre attention car ils constituent une source inépuisable de comportements non verbaux qui nous aident à comprendre les pensées et les sentiments d’autrui.

Non seulement les mains d’autrui nous communiquent des informations importantes, mais nos propres mouvements influencent la perception qu’on de nous les autres. Par conséquent, la façon dont nous utilisons nos mains, ainsi que les enseignement que nous tirons des comportements de celle d’autrui influencent la qualité de nos relations.

Nous passons généralement tant de temps à étudier le visage que nous sous exploitons les informations fournies par les mains. Nos mains, si sensibles, peuvent non seulement ressentir le monde qui nous entoure, mais elle reflètent aussi nos réactions par rapport à lui.

Nous avons rendez-vous avec notre banquier et nous nous demandons si notre demande de crédit va être acceptée: nos mains sont placées devant nous, les doigts croisés (comme un geste de prière), reflétant la tension et la nervosité qui nous habitent.

Ou bien, en réunion, nos mains se mettent en “steeple“, ce qui signale aux autres participants que nous sommes confiants. Elles peuvent trembler lorsque l’on prononce le nom d’une personne qui a trahi notre confiance par le passé. Les mains et les doigts communiquent beaucoup d’informations. Il suffit d’observer et de décoder leurs actions correctement et en contexte.

Les mains sont de puissants transmetteurs de l’état émotionnel. Servez-vous-en dans vos propres communications non verbales et souvenez-vous qu’elles fournissent de précieuses informations lorsque vous désirez lire le langage corporel d’une personne.

Voici quelques liens redirigeant vers des articles dans lesquels je parle plus en détail des comportements des mains et comment lire le langage corporel:

Comprendre et interpréter les comportements des mains.

Que signifie avoir les mains derrière le dos.

Que signifie avoir les mains derrière la tête.

Lire le langage corporel du visage

Le visage est l’endroit sur lequel se peignent nos émotions. Nos sentiments sont esquissés par un sourire, un froncement de sourcils ou de subtiles nuances intermédiaires. C’est un bienfait de l’évolution qui nous différencie de toutes les autres espèces et fait de nous l’être vivant le plus expressif de la planète.

Plus que tout autre moyen de communication, les mimiques servent de langage universel, où que vous soyez dans le monde. Ce langage non verbal sert de moyen de communication depuis l’aube de l’humanité pour facilité la compréhension entre les peuples qui ne partagent pas une langue commune.

En observant quelqu’un, il est facile de savoir si il est surpris, intéressé, fatigué, anxieux, soucieux, déçus. Les expressions des enfants nous disent s’ils sont tristes, énervés, perplexes ou excités. Nous n’avons jamais vraiment appris à produire ou à traduire ces mimiques; pourtant nous les connaissons toutes, nous les exécutons, nous les interprétons et nous communiquons grâce à elles.

Avec les nombreux muscles qui contrôlent le front, les yeux, le nez, la bouche, les lèvres et la mâchoire, le visage humain est généreusement équipé pour produire une très large palette d’expressions. Les estimations portent à plus de 10 000 le nombre d’expressions faciales.

Cette diversité rend le langage non verbal du visage extrêmement efficace et plutôt honnête, lorsque rien ne s’en mêle. Le bonheur, la tristesse, la colère, la peur, la surprise, le dégoût, la joie, la rage, la honte, l’angoisse et l’intérêt sont des expressions faciales universellement reconnues.

La gêne, que ce soit sur le visage d’un bébé, d’un enfant, d’un adolescent, d’un adulte ou d’un vieillard, est reconnaissable dans le monde entier; il en va de même pour les expressions qui indiquent que tout va bien.

Tandis que notre visage peut afficher honnêtement nos sentiments, il ne présente pas nécessairement nos véritables sentiments. En effet, nous sommes capables, dans une certaine mesure, de contrôler nos expressions faciales et de faire semblant.

Dès notre plus jeune âge, nos parents nous enseignent à ne pas faire la tête, si le contenu de notre assiette ne nous plait pas, ou nous demandent de sourire à quelqu’un que nous n’aimons pas. On nous apprend donc à mentir avec notre visage, et par la force des choses, nous passons maîtres dans l’art de déguiser nos sentiments authentiques, même si ils nous échappent parfois.

Lorsque notre visage ment, on dit souvent que nous jouons la comédie. Les grands acteurs peuvent évidemment transformer leur visage pour imiter sur commende des sentiments fictifs. Malheureusement, beaucoup de gens, notamment des personnes toxiques et des prédateurs sociaux, savent en faire tout autant. Leur visage se transforme en masque lorsqu’ils mentent, trompent ou essayent d’influencer la perception des autres par de faux sourires, de fausses larmes ou de faux airs.

Les expressions faciales peuvent néanmoins fournir un aperçu significatif des pensées et des sentiments. Il faut simplement garder à l’esprit que ces signaux peuvent être factices. Donc, la meilleure preuve de l’authenticité des sentiments est déduite de comportements collectifs, y compris des mimiques et des postures qui se confortent ou se complètent.

En analysant les mimiques en contexte et en les comparant à d’autres comportements non verbaux, on peut découvrir les pensées, les émotions, ou les sentiments exprimés dans le cerveau.

Etant donné que le visage peut refléter tant d’expressions différentes et que l’on nous apprend à cacher nos manifestations faciales dès le plus jeune âge, tout ce que vous observez sur le visage doit être comparé au langage corporel du reste du corps.

De plus, étant donné que les indices faciaux sont très complexes, il peut être difficiles de déterminer s’ils reflètent le confort ou l’inconfort. Si la signification d’une expression faciale vous laisse perplexe, imitez-la et analysez vos impressions. Cette astuces vous aidera à déchiffrer ce que vous avez observé.

Le visage peut révéler beaucoup d’informations, mais il est trompeur. Il faut être à l’affût des ensembles de comportements, toujours les analyser en contexte, et vérifier si l’expression faciale confirme ou contredit les signaux émis par d’autres parties du corps.

Ce n’est qu’à condition d’effectuer toutes ces observations que vous pourrez valider en toute confiance votre analyse des émotions et intentions d’une personne.

Voici quelques liens redirigeant vers des articles dans lesquels je parle plus en détail des comportements du visage et comment lire le langage corporel:

Comprendre et interpréter les comportements de la bouche.

Comprendre et interpréter les comportements du regard.

Lire le langage corporel du mensonge

Dans cet article, nous avons vu de nombreux exemples de langage non verbal en décrivant les signaux corporels permettant de mieux comprendre les sentiments, les pensées, et les intentions d’autrui. J’espère que vous comprenez mieux comment ces indicateurs non verbaux permettent de lire le langage corporel avec précision, quelque soit le contexte.

Mais il reste un type de comportement humain difficile à interpréter: le mensonge.

Il est extrêmement difficile de détecter les mensonges, bien plus que d’interpréter correctement les autres comportements non verbaux.

Le bon fonctionnement de la société repose sur l’hypothèse que les gens respectent leur parole, et que la vérité prévaut sur le mensonge. C’est le plus souvent le cas. Si ce ne l’était pas, nos relations seraient éphémères, le commerce cesserait et la confiance entre parents et enfants serait anéantie. Nous dépendons tous de l’honnêteté car, en l’absence de vérité, nous souffrons et la société aussi. La vérité est un ingrédient essentiel de toute relation, qu’elle soit personnelle, professionnelle, ou civique.

Heureusement que la majorité des gens sont honnête et que la plupart des mensonges de tous les jours sont des mensonges courtois ou de petit mensonge destinés à nous protéger.

Mais quand il s’agit de choses plus sérieuses, il est de notre propre intérêt d’évaluer la part de vérité dans ce qu’on nous dit. Mais il n’est pas facile d’y parvenir.

Aucune méthode, aucune machine, aucun teste, aucune personne n’est fiable à 100% dans la découverte du mensonge. Même les fameux détecteurs de mensonges ne fournissent pas de résultats exact.

Il est si difficile d’identifier la malhonnêteté, qu’à partir des années 1980, plusieurs études ont cherché à démontrer que la plupart d’entre nous (dont les juges, avocats, médecins, enseignants, parents, agents de police) n’ont qu’une chance sur deux de réussir à détecter le mensonge.

La plupart des gens, y compris les professionnels, feraient aussi bien d’essayaient de démêler le vrai du faux en jouant à pile ou face. Imaginez le nombre incroyable de jurés qui doivent déterminer l’honnêteté ou la malhonnêteté, la culpabilité ou l’innocence, en se basant sur des comportements qu’ils pensent trompeurs.

Malheureusement, on prend souvent pour de la malhonnêteté des manifestations de stress, et non de duplicité. Cela ne signifie pas qu’il faille abandonner tout effort visant à étudier la duplicité et à observer les comportements qui, en contexte, la suggèrent.

Efforcez-vous d’interpréter le langage non verbal de manière claire et fiable et laissez le corps humain vous parler de ses pensées, de ses sentiments, et de ses intentions. Cela vous aidera à mieux comprendre les autres, et aussi à vous fournir des indices sur la duplicité en tant que sous-produit de vos observations.

Pourquoi le mensonge est-il si compliqué à détecter?

Si vous vous demandez pourquoi il est si difficile d’identifier la duplicité, rappelez-vous que nous apprenons à mentir dès notre plus jeune âge, et nous mentons si souvent que nous passons rapidement maîtres dans l’art de raconter avec convictions des demi-vérités.

Pour illustrer mes propos, je vous demanderai de penser au nombre de fois où on vous a dit: “dis-lui que nous ne sommes pas à la maison”, ou “Souris à la dame”, ou encore, “Ne lui dit pas ce qu’il s’est passé”. Etant donné que nous vivons en société, non seulement nous mentons pour notre propre bénéfice, mais nous mentons aussi pour celui d’autrui.

Mentir peut être un moyen d’éviter de fournir une longue explication, d’échapper à une punition, de décrocher un diplôme (ou un travail), ou tout simplement d’être gentil.

Voyez le mensonge comme un outil de survie en société.

Voici quelques liens redirigeant vers des articles dans lesquels je parle plus en détail de la détection de mensonge et comment lire le langage corporel:

Comment détecter les mensonges.

Comment détecter le mensonge dans la voix.

La vérité sur la détection de mensonge.

En complément de cet article je vous invite à vous procurer le bonus offert que je propose à mes lecteurs. Vous pouvez également partager cet article si il vous a plu et me suivre sur les réseaux sociaux.

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "le guide du non verbal", un guide de 60 pages qui vous aidera à devenir meilleur dans le décryptage du langage corporel.

%d blogueurs aiment cette page :