fbpx
Il y a t-il un lien entre direction du regard et mensonge?

Il y a t-il un lien entre direction du regard et mensonge?

Il y a beaucoup de choses qui ont été dîtes à propos du lien entre direction du regard et mensonge. Et c’est justement de ce sujet là dont je veux parler dans cet article. Mais il y a t-il réellement un lien entre direction du regard et mensonge?

Alors je ne vais pas m’attarder sur cette vieille croyance qui raconte qu’un individu qui ne vous regarde pas dans les yeux et détourne le regard est un menteur, car cela n’a aucun sens. De nombreux facteurs peuvent pousser une personne à détourner le regard, et détecter le mensonge est bien plus compliqué que cela.

Intéressons nous plutôt à ce qu’il se dit dans le milieu de la PNL et à ce que l’on peut voir un peu partout sur internet.

PNL, direction du regard et mensonge

La PNL (programmation neuro linguistique) est une méthodologie, élaborée par John Grinder et Richard Bandler aux Etats-Unis dans les années 70, servant à développer les compétences de communication, mais aussi à des fins thérapeutiques.

Pour faire simple, Ils découpent les mouvements des yeux en 6 directions, et chaque direction est associé à une signification bien spécifique.

Par exemple quand un droitier (car le cadrant serait inversé pour un gaucher) regarde:

– A gauche, il se remémore un événement réellement vécu.

– A droite, alors il est entrain d’imaginer, de construite une image ou un dialogue.

Et cela provient de l’hypothèse selon laquelle les yeux regardent la zone du cerveau activé lorsqu’une personne imagine ou se remémore un événement.

Voici les 6 directions:

– En haut à droite= visuel construit. La personne imagine, construit une nouvelle image. Par exemple, la personne s’imagine entrain de marquer un but en final de coupe du monde.

– En haut à gauche= visuel remémoré. La personne se souvient d’une image connue. Par exemple, elle se souvient de son voyage en Ecosse.

– Latéralement à droite= auditif construit. La personne construit un nouveau son. Par exemple, imaginer le son de la voix d’une personne qu’elle va rencontrer prochainement.

– Latéralement à gauche= auditif remémoré. La personne se souvient d’un son. Par exemple, une musique qu’elle écoutait quand elle était plus jeune.

– En bas à droite= Kinesthésique. La personne fait attention au toucher, aux sensations. Par exemple, remarquer la température de son front.

– En haut à gauche= auditif interne ou dialogue interne. La personne se parle intérieurement. Par exemple, elle se demande se qu’elle va faire demain.

L’acronyme VAKOG, “Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif, Gustatif, est souvent utilisé.

Trop beau pour être vrai?

Cependant, ce modèle de lecture séduisant et (trop) populaire, est remis en question par plusieurs études, qui n’ont trouvé aucun rapport entre le mouvement des yeux et la typologie mise en place par les auteurs. En effet, cela pourrait être un élément fort intéressant dans la détection du mensonge, sauf qu’il n’existe malheureusement aucune source scientifique prouvant que ce principe issue de la PNL est véridique.

En effet, en PNL on considère que lorsqu’un individu parle d’un souvenir en regardant en haut à droite (construction d’une image), alors la personne serait entrain d’inventer un souvenir et donc potentiellement entrain de mentir. Ce lien entre mouvement des yeux et mensonge a déjà été démenti à de nombreuses reprises, par plusieurs études sur le sujet, mais continue d’alimenter les croyances populaires.

La Pnl fut même présente dans les salles d’interrogatoire. Pourtant les fondateurs de la Pnl en personne, ont annoncé qu’il n’y avait aucune corrélation entre la direction du regard et la détection du mensonge.

De plus, l’analyse du regard ne peut ce réduire à une analyse seulement centré sur l’individu. Trop de facteurs contextuels sont susceptibles de modifier le regard , comme la présence de lumière, de fenêtre, d’un événement, ou encore de certaines personnes. Ajoutez à cela, qu’une personne mal à l’aise, cherchera des points de fuites, qui dépendent directement de l’environnement. Tous ces éléments biaisent forcément l’analyse des mouvements des yeux à partir d’un modèle préétablie.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Comment améliorer son langage du corps? 5 conseils efficaces

Car si l’on applique cette théorie, cela donnerait qu’une personne répondant sincèrement à une question est censée détourner son regard vers la gauche si elle se remémore une scène réellement vécue.

Cela n’affirme donc pas que détourner le regard est un signe de mensonge, mais que dans certains contexte où un mensonge serait révélé par le fait qu’une personne imagine une scène au lieu de s’en rappeler, alors la direction du regard serait un indicateur fiable de mensonge.

Les études scientifique sur le lien entre direction du regard et mensonge

Regardons plus en détail certaines études scientifique sur le sujet.

En 2012 des chercheurs de l’université de Portsmouth ont tester cette théorie à travers 2 expériences.

Dans la première 204 voyageurs étaient interrogés dans un aéroport international au sujet de leur prochain vole. Tous les participants devaient répondre à deux questions: l’une honnêtement, et l’autre par un mensonge. Résultats, aucune relation significative ne fut trouvée entre direction du regard et mensonge.

Dans la seconde expérience, 31 participant devait parler de leur vrai métier dans un premier entretien, et prétendre exercer un autre métier dans un second entretien. Résultats, seulement 3 participants sur 31, ont effectivement montré les mouvements d’yeux prédit par la PNL.

Une minorité de participants ont donc bien montré les directions du regard expliqué en PNL lorsqu’ils mentaient. Certaines personnes, croyant et appliquant cette théorie de la direction du regard vont alors penser que celle-ci fonctionne, puisqu’ils pourront constater qu’elle se vérifie de temps en temps.

Sauf qu’aujourd’hui, la probabilité de repérer un mensonge grâce à la direction des yeux, revient à jouer à pile ou face en lançant une pièce. Une horloge cassée affiche deux fois la bonne heure dans la journée pourtant elle ne marche pas 😉 .

C’est le principale risque de l’expérience empirique par rapport à l’analyse systématique: elle peut faire croire des choses erronés.

Si vous désirez vraiment évaluer la crédibilité d’une personne, adoptez seulement des techniques prouvées par la recherche scientifique.

Une autre étude intéressante se déroulant cette fois à Hertfordshire.

Les recherches de Richard Wiseman de l’université de Hertfordshire et de ses associés ont révélé que contrairement à la croyance populaire, il n’est pas facile de détecter des mensonges basés uniquement sur la direction des mouvements oculaires.

C’est une croyance commune que les mensonges sont perceptibles grâce à la programmation neurolinguistique. Plus précisément on pensait qu’en fonction de la direction du regard de la personne (se référait au début de l’article) elle mentait ou disait la vérité. L’étude actuelle voulait déterminer s’il y avait une validité à cette affirmation.

Les résultats ont montré, cependant, que le mouvement des yeux n’était pas un moyen fiable de détecter les mensonges, ce qui prouve que la croyance commune n’était pas fondée.

Suite à l’étude, les chercheurs ont voulu savoir si le fait de parler aux participants de la relation “direction du regard et mensonge”, les rendrait plus confiant dans leur capacité à découvrir un personne qui ment. Les chercheurs ont émis l’hypothèse qu’en étant conscient de cela, les participants se sentiraient peut être plus confiant dans leurs jugements.

Les résultats cependant, n’étaient pas favorable à cela, car la fiabilité du l’hypothèse n’a pas était corroboré par les résultats.

“Une autre possibilité est que les gens croient à la relation mouvement oculaire/mensonge, parce qu’ils sont jugés à des corrélations illusoires. Selon cette idée, les gens se souviendront probablement des moments où le modèle prédisait le mensonge ou la vérité, et oublient les cas où ce n’était pas le cas”, supposent les chercheurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  7 choses à savoir sur le langage corporel et son fonctionnement

Dans la première, de ces trois études, les participants ont été confrontés à une situation réaliste, et selon leur condition, on leur a demandé de dire la vérité ou de mentir (et d’être aussi convainquant que possible bien sûr). Ils ont été interrogés par un expérimentateur aveugle à leur condition (qu’ils disent la vérité ou le mensonge). Ensuite les entrevues ont été codées pour déterminer combien de fois le participant a regardé vers le haut à la droite, et vers le haut à gauche, lors de chaque entrevue dans chaque condition.

En ce qui concerne les résultats, il n’ y avait rien de significatif en terme de relation entre direction du regard et  mensonge.

Cependant, cela soulève une question, pourquoi si il n’y a aucune relation entre direction du regard et mensonge, ce lien a t-il commencé, et pourquoi beaucoup de personne y adhère si facilement?

“Une possibilité est que les gens soient plus confiants dans leurs capacités de détection des mensonges lorsqu’ils croient qu’ils suivent un cadre théorique, tel que celui qui semble provenir de la PNL”, ont émis les chercheurs.

Cette hypothèse a conduit à leur deuxième étude, dans laquelle ils ont examiné si la connaissance de cette “règle empirique”, plutôt que de l’ignorer, affectait la confiance de juger les mensonges et la vérité. En d’autres termes, le fait de suivre une méthode supposée scientifique vous rend t-il plus sur de vos jugements? Selon la recherche cela n’a pas d’impact sur votre confiance.

Cet article risque de ne pas plaire à tous le monde, mais tant pis, en voyant le nombre d’idée reçu que l’on peut trouver un peu partout, sur le lien entre direction du regard et mensonge, je me suis dit qu’il serait bon de faire un article sur le lien entre direction du regard et mensonge, avec preuve scientifique à l’appui afin de mettre les choses au clair.

Bien évidemment je suis ouvert au débat et à toutes remarques, n’hésitez pas à laisser vos avis dans les commentaires 😉 .

En complément de cette article je vous invite à vous procurer le bonus offert que je propose à mes lecteurs. Vous pouvez également partager cet article si il vous a plu et me suivre sur les réseaux sociaux.

A bientôt.

Référence:

Wiseman, R., Watt, C., Brinke L. T., Porter, S., Couper S.L., & Rankin C. (2012) The Eyes Don’t Have It: Lie Detection and Neuro-Linguistic Programming. PLoS ONE 7(7): e40259. doi:10.1371/journal.pone.0040259

Mann, S., Vrij, A., Nasholm, E., Warmelink, L., Leal, S. and Forrester, D. (2012). The Direction of Deception: Neuro-Linguistic Programming as a Lie Detection Tool. Journal of Police and Criminal Psychology, 27(2), pp.160-166.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "le guide du non verbal", un guide de 60 pages qui vous aidera à devenir meilleur dans le décryptage du langage corporel.

%d blogueurs aiment cette page :