fbpx
Les 3 émotions les plus impliquées dans le mensonge

Les 3 émotions les plus impliquées dans le mensonge

Avant de parler des 3 émotions les plus impliquées dans le mensonge vous devez savoir que les tromperies n’impliquent pas toutes de dissimuler ou feindre des émotions.

Celui qui détourne de l’argent dissimule son crime. Le plagiaire dissimule le fait d’avoir emprunté l’oeuvre d’un autre en la faisant passer pour la sienne. Le quadragénaire coquet dissimule son age en teignant ses cheveux gris et en prétendant avoir 7 ans de moins.

Pourtant, même quand le mensonge dissimule autre chose qu’une émotion, des émotions peuvent être impliquées. Qu’il s’agisse de mentir sur ses émotions ou sur autres choses, cela n’est jamais facile.

Le coquet peut être gêné par sa coquetterie. Pour réussir dans sa tromperie, il doit dissimuler non seulement son âge, mais aussi sa gêne. Le plagiaire peut éprouver du mépris pour ceux qu’il trompe. Il doit donc dissimuler l’origine de son oeuvre et prétendre à un talent usurpé tout en dissimulant son mépris. Le détourneur d’argent peut éprouver de la surprise si un autre employé est accusé à sa place. Il doit dès lors dissimuler cette surprise, ou du moins sa véritable cause.

Les 3 émotions les plus impliquées dans le mensonge

Des émotions sont donc souvent impliquées dans des mensonges qui n’étaient pas au départ destinés à dissimuler des émotions. Une fois impliquées, les émotions doivent être dissimulées pour que le mensonge ne soit pas découvert.

N’importe quelle émotion peut être la coupable, mais les 3 émotions les plus impliquées dans le mensonge, et qui méritent que l’on s’y attarde dessus sont:

La peur d’être démasqué, la culpabilité éprouvé lors du mensonge, et le plaisir de mentir.

La peur d’être démasqué

La peur d’être démasqué, dans ses formes les moins prononcées, n’est pas un handicap et au contraire peut aider le menteur à éviter les erreurs en le gardant en alerte. Un niveaux modéré de peur peut produire des indices comportementaux qu’un détecteur bien entraîné peut repérer, et à un niveau élevé la peur d’être démasqué provoque précisément ce que redoute le menteur.

Si un menteur pouvait évaluer le niveau d’appréhension de détection qu’il éprouverait en mentant, il pourrait mieux décider si le risque en vaut la peine. Même si le mensonge est déjà accompli, cette appréhension pourrait l’aider à prévoir des contre-mesures permettant de diminuer ou dissimuler sa peur.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Votre langage corporel dit aux autres ce que vous ressentez vraiment

Un détecteur peut également tirer parti de cette information, il peut guetter les signes de peur s’il estime qu’un suspect redoute particulièrement d’être démasqué.

La peur d’être démasqué est la plus intense quand:

– La cible a la réputation d’être difficile à duper.

– La cible est d’emblée soupçonneuse.

– Le menteur est peu entraîné et n’a encore jamais réussi.

– Le menteur est particulièrement sensible à la peur d’être démasqué.

– Les enjeux sont élevés.

– Une récompense et un châtiment sont en jeu, ou bien seul un châtiment est en jeu.

– Le châtiment du flagrant délit de mensonge est important, ou bien le châtiment de ce que le mensonge couvre est si élevé qu’il n’y a aucun intérêt à avouer.

– La cible ne bénéficie aucunement du mensonge.

La culpabilité de tromperie

Ce terme désigne le sentiment de culpabilité éprouvé lorsque l’on ment, et non la culpabilité au sens légal. La culpabilité de tromperie doit également être distinguée du sentiment de culpabilité concernant le contenu d’un mensonge.

Tout comme l’appréhension de détection, la culpabilité de tromperie devient une torture qui sape l’estime de soi du menteur. Le désir de se soulager de cette culpabilité peut motiver des aveux, malgré la probabilité du châtiment pour les méfaits avoués.

La culpabilité de tromperie est la plus intense quand:

– La cible n’est pas consentante.

– La tromperie est totalement égoïste, la cible ne tire aucun bénéficie du mensonge et perd au moins l’équivalent de ce que le menteur gagne.

– La tromperie n’est pas autorisée à la situation fait partie de celles où l’honnêteté est permise.

– Le menteur n’a pas pratiqué la tromperie depuis longtemps.

– Le menteur et la cible ont des valeurs sociales communes.

– Le menteur a un lien personnel avec la cible.

– La cible ne peut pas être facilement taxée de malveillance ou de naïveté.

– Il y a des raisons pour que la cible s’attende à être trompée; tout au contraire, le menteur a agi pour gagner sa confiance.

Le plaisir de mentir

Jusqu’ici, nous n’avons abordé que les sentiments négatifs qui peuvent apparaître lorsqu’un individu ment: la crainte d’être démasqué et la culpabilité de tromper la cible. Mais mentir peut également susciter des émotions positives. Le mensonge peut être vu comme un exploit.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Comment savoir si votre interlocuteur doit partir? Une indicateur fiable

Le menteur peut éprouver de l’excitation, soit dans l’anticipation du défi à relever, soit au moment même du mensonge, quand la réussite n’est pas encore certaine. Par la suite, il peut connaitre le plaisir du soulagement, la fierté de l’exploit accompli ou un mépris satisfait envers sa cible.

Le plaisir de duper est le plus intense quand:

– La cible représente un défi, a la réputation d’être difficile à berner.

– Le mensonge est un défi à cause de ce qui doit être soit dissimulé, soit inventé.

– Des tiers assistent au mensonge ou en sont informés et apprécient l’habileté du menteur.

Appréhension, culpabilité, plaisir, sont donc les émotions les plus impliquées dans le mensonge et toutes peuvent apparaître dans des expressions faciales, la voix ou les gestes, même quand le menteur tente de les dissimuler. Même s’il n’y a aucune fuite non verbale, les efforts pour les empêcher peuvent produire un indice de tromperie.

Ce qui sera le sujet d’autres articles…

J’espère que cet article sur les 3 émotions les plus impliquées dans le mensonge vous aura plu.

En compléments de cet article je vous invite à vous procurer le bonus offert que je propose à mes lecteurs. Vous pouvez également partager cet article si il vous a plu et me suivre sur les réseaux sociaux.

A bientôt.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "le guide du non verbal", un guide de 60 pages qui vous aidera à devenir meilleur dans le décryptage du langage corporel.

%d blogueurs aiment cette page :