fbpx
Savoir quand une personne est mal à l’aise en observant ses yeux

Savoir quand une personne est mal à l’aise en observant ses yeux

Observer les yeux pour savoir quand une personne est mal à l’aise

Les yeux on évolué de manière à devenir le premier moyen par lequel nous recevons des informations. En fait, nous essayons souvent de stopper les informations qui nous parviennent grâce au blocage oculaire, qui a évolué à travers le temps afin d’empêcher le cerveau de “voir” des images désagréables. Vous pouvez savoir quand une personne est mal à l’aise, en observant certain comportement au niveau des yeux.

Toute diminution de la taille des yeux que se soit par plissement ou contraction des pupilles, est une forme de blocage inconscient. Et tous les comportements de blocage indiquent, préoccupation, antipathie, désaccord ou perception d’une potentielle menace. Les observer vous permettra de savoir quand une personne est mal à l’aise.

Les yeux qui mettent du temps à s’ouvrir ou qui se ferment brusquement et le restent plus longtemps que d’habitude signalent un malaise. C’est une attitude de blocage, révélant de l’aversion, une préoccupation ou de l’inquiétude. Des yeux qui restent fermés longtemps sont révélateurs d’une préoccupation profonde ou d’une réticence à affronter la réalité.

Les divers formes de blocage oculaire font partie des expressions du langage corporel qu’une majorité de personne ignorent, parce qu’ils ne les voient pas ou n’en connaissent pas le sens.

Par exemple, une personne apprenant une mauvaise nouvelle, ne le remarquera peut être pas, mais, au moment ou on lui annonce cette mauvaise nouvelle, il y de forte chance pour que ses paupières se ferment quelques instant. Ce genre de comportement de blocage a une origine très lointaine, profondément ancrée dans notre cerveau. Saviez-vous que même les bébés dans le ventre de leur mère, ferment les yeux quand ils entendent des sons très forts? Et que les aveugles de naissance se couvre les yeux quand ils entendent une mauvaise nouvelle?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Les différents types de communication non verbale

Toute votre vie, vous aurez ce comportement de blocage oculaire limbique à l’annonce d’une mauvaise nouvelle, il ne sert probablement qu’à donner un bref répit au cerveau ou à communiquer vos sentiments profonds. Quel-qu’en soit la raison, le cerveau vous oblige toujours à adopter ce comportement.

Ce comportement de blocage oculaire prend différentes formes et peut s’observer à la survenue de tout événement tragique, que ce soit en apprenant une mauvaise nouvelle ou en cas de désastre imminent. La personne se pose une main sur les deux yeux, une mais sur chaque œil, ou encore se cache le visage derrière un objet.

Se couvrir brusquement les yeux avec la main ou les doigts est un comportement de blocage associé à presque tout ce qui est négatif, y compris la réception de mauvaises nouvelles ou d’informations qui constituent une menace. C’est également révélateur d’émotions négatives, d’inquiétude ou de manque de confiance. Se geste est également observable chez les personnes prisent en flagrant délit.

Une personne se souvenant soudain qu’elle a oublié quelque chose d’important peut fermer momentanément les yeux et respirer profondément pour réfléchir au problème.

Une personne à qui vous posez une question, et qui ferment les yeux et se frotte simultanément l’arrête du nez signale qu’elle est soucieuse et inquiète. C’est un comportement à la fois de blocage et d’apaisement qui est en général associé à des émotions négatives, de l’aversion, de l’insécurité, de l’inquiétude, ou de l’anxiété.

Lorsqu’ils sont interprétés en contexte, les comportements de blocage oculaire peuvent être d’excellents indicateurs des pensées et des sentiments d’autrui. Ces signaux surgissent immédiatement, dès l’annonce d’une mauvaise nouvelle. Durant une conversation, c’est l’un des signes pouvant vous alerter qu’une parole prononcée n’a pas était très appréciée.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Comprendre et interpréter les gestes des mains de vos interlocuteurs

Les comportements de blocage oculaire sont en général associés à un déclencheur négatif provoquant des malaises, ils peuvent également indiquer un certain manque de confiance. Comme pour de nombreux autres signaux non verbaux, la réaction de blocage oculaire est plus précise, fiable est exploitable, quand elle se produit directement après un événement significatif que vous pouvez identifier.

Lorsque le blocage oculaire se produit juste après la communication d’une information précise, cela signifie que quelque chose ne va pas et que votre interlocuteur est gêné. Vous devrez alors sérieusement songer à changer de comportement si vous souhaitez convaincre votre interlocuteur. Savoir quand une personne est mal à l’aise, vous permet alors de faire en sorte que la personne en face de vous se sente à l’aise, ce qui développera ainsi votre empathie.

En complément de cet article je vous invite à vous procurer le bonus offert que je propose à mes lecteurs. Vous pouvez également partager cet article si il vous a plu et me suivre sur les réseaux sociaux.

A bientôt.

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Une réaction au sujet de « Savoir quand une personne est mal à l’aise en observant ses yeux »

  1. Très intéressant. Il est vrai qu’il est souvent difficile de percevoir et comprendre exactement ce que des petits signaux oculaires signifient mais lorsque l’on y prête attention, on peut en apprendre beaucoup sur son interlocuteur. J’y ferai plus attention, aussi vis à vis de mes propres réactions. Merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "le guide du non verbal", un guide de 60 pages qui vous aidera à devenir meilleur dans le décryptage du langage corporel.

%d blogueurs aiment cette page :