fbpx
Signes de mensonge: Les menteurs ont-ils des comportements plus agités

Signes de mensonge: Les menteurs ont-ils des comportements plus agités

Nous allons voir un type de gestuelle, les “manipulatoires” comme les appels Paul Ekman, pour vous mettre en garde par rapport au risque de les interpréter comme des signes de mensonge. Trop de personnes estiment souvent par erreur qu’un individu sincère ment parce qu’il utilise beaucoup de manipulatoires. Si les manipulatoires peuvent être le signe que l’individu est ému, ce n’est pas toujours le cas. Une augmentation des manipulatoires n’est pas un signe de mensonge fiable, mais la plupart des gens s’imaginent le contraire.

Les manipulatoires comprennent tous les mouvements dans lesquels une partie du corps en manipule une autre (toucher, frotter, tenir, pincer, gratter, etc…).

Ces gestes peuvent être très brefs ou durer plusieurs minutes. Certains des plus courts semblent avoir une fonction: rajuster une coiffure, déboucher une oreille, soulager une démangeaison. D’autres manipulatoires, particulièrement ceux qui durent longtemps, semblent sans fonction: l’individu se tortille une mèche de cheveux, se frotte les doigts, tape nerveusement du pied.

C’est généralement la main qui est le manipulatoire. Elle peut également être la partie manipulée, comme toute autre partie du corps. Les parties manipulées communes sont les cheveux, les oreilles, le nez, l’entrejambe. D’autres manipulatoires peuvent être effectués sur le visage lui-même (la langue se frottant contre l’intérieur d’une joue, les dents qui mordillent les lèvres) ou une jambe avec l’autre.

Des accessoires peuvent servir dans la manipulation: allumette, crayon, trombone, cigarette…

Si la plupart des individus sont éduqués pour ne pas avoir des gestes aussi intimes en public, ils ont appris non pas à ne plus les faire mais seulement à s’arrêter quand ils les font. Ce n’est pas qu’ils soient totalement inconscients de leurs manipulatoires. Si nous nous rendons compte que quelqu’un observe notre geste, nous nous interrompons aussitôt, ou bien nous l’atténuons ou le déguisons.

Un grand geste sert souvent à couvrir un geste plus furtif. Même cette stratégie élaborée pour dissimuler un manipulatoire ne se fait pas très consciemment. Les manipulatoires sont aux confins de la conscience. La plupart des individus ne parviennent pas à les réprimer très longtemps, même quand ils font un effort. Les gens ont l’habitude de se manipuler.

Nous sommes beaucoup mieux élevés quand nous sommes l’observateur que lorsque nous effectuons la manipulation. Nous laissons généralement l’individu qui fait un manipulatoire terminer son geste, même s’il est commencé au milieu d’une conversation.

D’autres se détournent et attendent qu’il soit terminé. Si le manipulatoire fait partie des gestes apparemment sans fonction, comme s’entortiller les mèches de cheveux, ce qui peut s’éterniser, bien entendu l’interlocuteur n’attend pas, mais les gens ne l’observent pas directement très longtemps.

Cette non-attention aux manipulatoires est une habitude acquise qui se fait machinalement. C’est moins le manipulatoire que l’observateur qui provoque l’entorse aux bonnes manières, un peu comme un voyeur. Quand deux voitures s’arrêtent à un feu rouge, c’est celui qui regarde dans la voiture voisine qui commet l’impair, et non celui qui se cure énergiquement les oreilles.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Les avantages de la communication non verbale dans les affaires

Ceux qui ont étudiée ces gestes se sont demandé pourquoi un individu choisit tel manipulatoire plutôt qu’un autre. Y a t-il un sens particulier à se frotter plutôt qu’à se gratter ou se pincer? Par ailleurs, y a-t-il un message à interpréter selon que c’est la main, l’oreille ou le nez qui est gratté?

Les habitudes personnelles sont en partie la réponse. Chaque individu a son geste préféré qui lui est propre. Pour l’un, ce sera faire tourner sa bague, pour un autre, arracher ses cuticules ou se tripoter la moustache.

Personne n’a cherché à découvrir pourquoi certains individus ont un geste favori et pourquoi d’autres n’en ont aucun. Mais ce qui est sûr c’est qu’ils sont plus nombreux en cas de malaise. Et les scientifiques ont également soutenu l’idée selon laquelle les gens s’agitent quand ils sont mal à l’aise ou inquiets. Grattage, pincement, curage et manipulatoires cosmétiques (gestes qui rectifient l’apparence) augmentent avec n’importe quel type de malaise.

Il est également probable que les gens se livrent à des manipulatoires quand ils sont détendus et se laissent aller. Avec leurs amis, les gens se soucient moins des bonnes manières. Certains individus ont plus tendances que d’autres à se laisser aller à des comportements qui sont retenus dans la plupart des situations. Si cette hypothèse est correcte, les manipulatoires sont des signes de malaise uniquement dans les situations les plus formelles, en présence de tiers qui ne sont pas familiers.

Les manipulatoires ne sont pas des signes de mensonge fiables parce qu’ils peuvent indiquer des états opposés: malaise et détente.

En outre, les menteurs savent qu’il doivent essayer de réduire leurs manipulatoires et la plupart y parviennent généralement. Les menteurs n’ont pas une connaissance particulière dans ce domaine: selon les croyances populaires, les manipulatoires sont des signes de malaise et de comportement inquiet. Tout le monde pense qu’un menteur s’agite et que cette animation est un indice de tromperie.

Quand on demande au gens comment ils devinent qu’un individu ment, ils indiquent prioritairement l’agitation et les regards fuyants.

Les indices connus de tous, qui impliquent un comportement pouvant être rapidement contrôlé, ne seront pas très fiables si les enjeux sont élevés et que le menteur ne veut pas être démasqué.

Certaines personnes ne présentent pas plus de manipulatoires en mentant qu’en disant la vérité. D’autres études ont découvert une augmentation des manipulatoires durant le mensonge. C’est certainement la différence d’enjeu qui provoque cette contradiction dans les conclusions.

Quand les enjeux sont élevés, les manipulatoires peuvent être intermittents, car des forces opposées peuvent être à l’oeuvre. Un enjeu élevé amène le menteur à surveiller et contrôler les signes de mensonge connus et accessibles, comme les manipulatoires, mais ce même enjeu élevé lui fait redouter d’être démasqué, malaise qui renforce les manipulatoires.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Comment devenir plus attirant(e) grâce à son langage corporel

Les manipulatoires peuvent augmenter, être surveillés, maîtrisés, disparaître momentanément, réapparaître, puis, après un certain temps, être de nouveau remarqués et réprimés.

Pourquoi ce n’est pas des signes de mensonge fiable?

Voyons maintenant les multiples raisons qui font des manipulatoires des signes de mensonge non fiables.

La fréquence des manipulatoires et leur type varient énormément selon les individus.

Cette spécificité individuelle (le risque brokaw) peut être pondérée si le détecteur a déjà vu le sujet et est donc en mesure de faire des comparaisons de comportement.

Etant donné que beaucoup de personnes pensent que les gestes manipulatoires sont des signes de mensonge, un menteur motivé essaiera de les réprimer.

Contrairement à l’expression faciale, que les gens essaient aussi de contrôler, les manipulatoires sont faciles à réprimer. Les menteurs y réussissent la plupart du temps, si l’enjeu est élevé.

Un autre aspect corporel (la posture) a fait l’objet de nombreuses études, mais peu de preuves de fuite ou de signes de mensonge ont été découverts. Les gens savent comment ils sont censés se tenir assis ou debout.

La posture convenant à un entretien officiel diffère de celle adoptée pour bavarder avec un ami. La posture semble bien contrôlée et réprimée quand l’individu ment. Aucune différence de posture n’a été découverte entre menteurs et individus sincères.

Une étude sur la tromperie a d’ailleurs révélé que les gens croient que l’individu qui change de posture fréquemment est un menteur. En réalité, il a été prouvé que la posture n’avait aucun lien avec la sincérité.

Bien sûr il est quand même intéressant de prendre en compte l’aspect de la posture qui change. Notamment la tendance à se pencher en avant quand une personne éprouve intérêt ou colère et à reculer en cas de peur ou de dégoût.

Cependant, un menteur motivé devrait être capable d’inhiber dans sa posture les indices les plus évidents de ses émotions.

En complément de cet article je vous invite à vous procurer le bonus offert que je propose à mes lecteurs. Vous pouvez également partager cet article si il vous a plu et me suivre sur les réseaux sociaux.

A bientôt.

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement "le guide du non verbal", un guide de 60 pages qui vous aidera à devenir meilleur dans le décryptage du langage corporel.

%d blogueurs aiment cette page :