fbpx
Tromperie: Pourquoi est-il si compliqué de détecter le mensonge?

Tromperie: Pourquoi est-il si compliqué de détecter le mensonge?

Les gens mentiraient certainement moins s’ils pensaient qu’il existe des signes certains de mensonge, mais ce n’est pas le cas. Il n’existe aucun signe de tromperie en soi, aucun geste, aucune expression faciale, ni aucun tressaillement musculaire qui en lui-même signifie qu’un individu ment.

Vous désirez connaitre les pensées, émotions et intentions des personnes autour de vous? Téléchargez votre formation offerte pour décoder le langage corporel de vos interlocuteurs de manière simple, rapide, et efficace (cliquez ici).

Il n’existe que des indices signalant que l’individu est mal préparé ou que ses émotions ne sont pas conformes à ce qu’il énonce. C’est ce que nous fournissent les fuites ou indices de tromperie. Une personne doit apprendre comment l’émotion est véhiculée par les paroles, la voix, la gestuelle et le visage, quelles traces en subsistent malgré les efforts du menteur pour dissimuler ses émotions, et ce qui trahit les émotions simulées.

Repérer la tromperie exige de comprendre comment ces comportements peuvent révéler qu’un menteur invente au fur et à mesure.

Détecter la tromperie n’est donc pas si simple que ça. L’une des principales difficultés est le bombardement d’information. Trop d’éléments doivent être considérés en même temps. Les sources sont trop nombreuses: mots, pauses, intonation, expressions, mouvement de la tête, gestes, postures, respiration, rougeur ou pâleur, transpiration, etc…

Et toutes ces sources peuvent transmettre de l’information simultanément ou successivement, mobilisant toute l’attention du détecteur. Heureusement, ce dernier n’a pas besoin de scruter avec autant de soin tout ce qu’il voit et entend. Durant une conversation, les sources d’information ne sont pas toutes fiables, certaines fuitent davantage que d’autres.

Assez étrangement, la plupart des gens prêtent le plus d’attention aux sources les moins fiables (paroles et expressions faciales) et sont ainsi facilement trompés.

Le menteur ne dirige et ne maîtrise généralement pas la totalité de son comportement. Il en serait probablement incapable, même s’il le voulait. Il est inconcevable qu’un individu puisse maîtriser tout ce qui en lui peut trahir, de la tête au pied. Au lieu de quoi, le menteur dissimule et feint ce qu’il estime que son interlocuteur va surveiller le plus. Il a tendance à prêter une attention toute particulière au choix de ces mots.

Tout le monde apprend en grandissant que la plupart des gens écoutent avec attention ce qu’on leur dit. Les paroles bénéficient d’une telle attention parce qu’elles sont d’évidence le moyen de communiquer le plus riche et le plus nuancé. Les mots transmettent beaucoup plus de messages, et plus rapidement, que le visage, la voix ou le corps.

Le menteur censure ce qu’il énonce, dissimulant soigneusement les messages qu’il ne désire pas délivrer, non seulement parce qu’il a appris que tout le monde prête attention à cette source, mais aussi parce qu’il sait qu’on le tiendra plus responsable de ses paroles que de son intonation, ses expressions faciales ou ses gestes.

On peut toujours nier avoir eu une expression fâchée ou un ton dur, l’accusation peut être retournée: “Vous l’avez perçu ainsi. Il n’y avait pas la moindre colère dans ma voix.” Il est beaucoup plus difficile de nier avoir prononcé des paroles agressives. Elles demeurent, peuvent être répétées et sont difficiles à désavouer entièrement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Comment contrôler ses émotions et ne plus se laisser submerger?

Si les mots sont si soigneusement surveillés et si souvent l’objet de la feinte, c’est qu’il est plus facile de feindre (déclarer des choses qui ne sont pas vraies) avec des mots. Ce qui va être dit peut être écrit et reformulé au préalable. Seul un acteur très habile pourrait planifier aussi précisément chaque expression faciale, geste et inflexion de voix.

Les paroles sont faciles à répéter, le locuteur dispose d’un feed-back, il entend ce qu’il dit et est donc en mesure de peaufiner son message. Le feed-back du visage, du corps et de la voix est beaucoup moins juste et précis.

Après les paroles, c’est le visage qui est l’objet de l’attention de l’interlocuteur. D’ailleurs, des commentaires sont souvent donnés sur l’expression du visage: “Ne fais pas cette tête-là!”, “Souris quand tu dis cela!”, “Epargne-moi ce regard insolent!”. Le visage bénéficie dune telle attention en partie parce qu’il est la marque et le symbole de l’identité. C’est principalement grâce à lui que nous distinguons un individu d’un autre.

Les visages sont des icônes, nous leur rendons hommage en exposant des photos au mur ou sur un bureau, nous en avons sur nous dans notre portefeuille (au moins sur votre carte d’identité, ou permis de conduire).

Une étude a découvert qu’une partie du cerveau est spécialisée dans la reconnaissance des visages. Les gens prêtent attention aux visages pour un grand nombre de raisons. Le visage est le site primaire de l’expression des émotions. Tout comme l’intonation, il peut indiquer à l’auditeur ce qu’éprouve le locuteur sur ce qui est dit (mais pas toujours exactement, puisqu’un visage peut mentir sur les émotions).

S’il a du mal à entendre, l’auditeur peut observer les lèvres du locuteur pour deviner ce qu’il dit. L’attention accordée au visage fournit également un signal important pour le déroulement de la conversation. Le locuteur peut savoir si son auditeur l’écoute. Regarder le visage du locuteur implique cela, mais ce n’est pas le message le plus fiable.

Un auditeur poli mais qui s’ennuie peut regarder le visage du locuteur tout en pensant à autre chose. L’auditeur encourage également le locuteur avec des hochements de tête et des ponctuations (“mmm-mmm”), mais ceux-là peuvent être feints.

Aussi la plupart des gens, quand ils parlent, sont dépendants des réactions de leur auditeur et, s’ils n’en reçoivent pas, demandent rapidement: “Vous m’écoutez?” Peu d’individus sont des systèmes clos qui parlent sans se soucier des réactions de leurs auditeurs.

En comparaison de l’attention abondamment consacrée aux paroles et au visage, le corps et la voix sont moins bien lotis. La voix, comme le visage, peut montrer si un individu est ému ou non, mais on ignore encore si elle peut fournir autant d’informations que le visage sur le nature précise des émotions éprouvées.

Le menteur surveille et s’efforce de contrôler ses paroles et son visage (il sait que c’est ce que remarque l’auditeur) plus que sa voix ou son corps.

Il y parvient plus facilement pour les paroles que pour le visage. Feindre avec des mots est plus facile qu’avec une expression faciale car, comme nous l’avons vu, des paroles peuvent être plus facilement répétées que des expressions. Les dissimuler est aussi plus facile, l’individu peu surveiller plus aisément ses paroles que son visage et censurer tout ce qui pourrait le trahir.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Cultiver sa conscience pour améliorer sa carrière professionnelle

C’est beaucoup plus difficile de savoir ce que montre son visage, pour obtenir un feed-back aussi net, il faudrait avoir un miroir en permanence devant soi. Si des sensations dans le visage peuvent signaler que tel ou tel muscle bouge, la plupart des individus n’utilisent guère cette information. Peu sont conscients des expressions qui apparaissent sur leur visage, sauf quand elles sont extrêmes.

Il y a une autre raison, plus importante, pour laquelle le visage offre plus d’indices de tromperie que les paroles. Le visage est directement connecté aux zones du cerveau impliquées dans l’émotion, pas l’élocution. Quand une émotion apparaît, des muscles faciaux commencent à réagir involontairement.

C’est seulement par choix ou habitude que l’individu peut apprendre à agir sur ces expressions et essayer, avec plus ou moins de succès, de les dissimuler. L’expression faciale qui apparaît lors d’une émotion n’est pas choisie volontairement, sauf si elle est feinte. Les expressions faciales sont un système double, volontaire et involontaire, mentir et dire la vérité, souvent simultané. C’est pourquoi ces expressions peuvent être si complexes, ambiguës et fascinantes.

Les individus soupçonneux devraient faire plus attention à la voix et à la gestuelle. La voix, comme le visage, est reliée aux zones du cerveau impliquées dans l’émotion. Il est très difficile de dissimuler certains changements d’intonation qui se produisent lors d’une émotion. Et le feed-back sur ce point, nécessaire pour qu’un menteur puisse surveiller comment il est perçu, n’est probablement pas aussi bon que pour les paroles elles-mêmes.

Les gens sont surpris quand ils entendent pour la première fois leur voix enregistrée, car comme ils la perçoivent habituellement pas résonance osseuse, elle leur parait différente.

La gestuelle est également une source abondante de fuites et d’indices de tromperie. Contrairement au visage et à la voix, la plupart des mouvements du corps ne sont pas directement reliés aux zones du cerveau impliquées dans l’émotion. La surveillance de la gestuelle n’est donc pas nécessairement difficile, un individu peut sentir, et souvent voir ses propres mouvements.

Il pourrait être beaucoup plus facile de dissimuler des gestes que des expressions faciales ou une intonation en cas d’émotion. Mais la plupart des gens ne se donnent pas cette peine, ayant appris en grandissant que ce n’est pas nécessaire.

On tient rarement responsable un individu de ce que révèle ses gestes. La gestuelle compte parce qu’elle est laissée de coté: tout le monde s’attache trop à surveiller le visage et à évaluer les paroles.

Si nous savons tous que les mots peuvent mentir, la plupart des gens croient leurs interlocuteurs sur parole et sont souvent trompés. L’individu commet des erreurs verbales qui peuvent fournir des fuites comme des indices de tromperie.

Et même s’il n’y a aucune erreur dans les paroles, c’est l’écart entre le message verbal et ce que révèlent l’intonation, la gestuelle et le visage qui trahit souvent un mensonge. Mais la plupart des indices de tromperie fournis par le visage, la gestuelle et l’intonation sont souvent ignorés ou mal interprétés.

Télécharger votre formation offerte!

Décodez vos interlocuteurs de façon fiable et efficace!

Vous désirez connaitre les pensées, émotions et intentions des personnes autour de vous? Téléchargez votre formation offerte pour décoder le langage corporel de vos interlocuteurs de manière simple, rapide, et efficace (cliquez ici).

A bientôt.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu






Téléchargez votre formation offerte pour décrypter le langage corporel.

%d blogueurs aiment cette page :